Related Reviews
NPR Music
NPR Music's Favorite Songs of 2015: 'Japanese percussionist Kuniko Kato savors the hypnotic groove in the Greek composer's uniquely intense aesthetic.'
more >>
Gramophone
'Kuniko's third album for Linn is a thrilling and atmospheric recording of pieces by Xenakis, and a fine test of speed and resolution.'
more >>
Audiophile Audition
4 Stars
'The profound musical intelligence of both Xenakis and kuniko come thru in this wild percussive work...'
more >>
BR Klassik ‚,Leporello‘‘
,,Kuniko ist eine Tänzerin an ihren Perkussionsinstrumenten – man spürt ihre Körperspannung zwischen den Tönen, man fühlt, wie sie im Raum nach den einzelnen Klängen greift. Jede Bewegung ist genau bemessen, und so arbeitet sie mit jedem Takt die Schönheit der Musik des großen Klang-Architekten Xenakis heraus.''
more >>
Gramophone
'Kuniko passes this rite triumphantly. Her effortless, glitch-free technique and ability to manipulate mallets and sticks to seemingly coax melodies from non-melodic instruments are bound to humble aspiring and established percussionists alike.'
more >>
Gapplegate Classical-Modern Music Review
'Kuniko's performance is unparalleled, as is the work.'
more >>
The Sunday Times
'These are meticulous and muscular performances, at once elemental and elegant. Brilliant.'
more >>
The Guardian
4 Stars
'Kuniko takes on the 1978 dance score Pléïades, and treats its effervescent textures to a loose, sensual swing.'
more >>
AllMusic
Editor's Choice: 'Highly recommended.'
more >>
PS Audio
'It's beautifully elastic-loopy, in every sense of the word-and it may make you smile.'
more >>
SA-CD.net
5 Stars
'Her thrilling performance of this remarkable piece [Pléïades] is astonishingly confident and absolutely hypnotic.'
more >>
ArtistXite
5 Stars
‘Japanese percussionist Kuniko transforms Iannis Xenakis’ challenging percussion music into a plastic, three-dimensional and hypnotic musical experience.’
more >>
Blouin Art Info
'...a totally fulfilling, all encompassing experience.'
more >>
NPR Music ‘Deceptive Cadence’
Songs We Love: 'A terrific all-Xenakis affair.'
more >>
All About Jazz
4½ Stars
'Kuniko's performances are celebratory.'
more >>
Image HiFi
,,Auch eine neue Aufnahme von Kuniko bei Linn setzt ein audiophiles Glanzlicht.''
more >>

KUNIKO - Xenakis: IX - Crescendo Magazine


18 May 2015
Crescendo Magazine
Jean-Baptiste Baronian

La Japonaise Kuniko Kato, qui se fait appeler Kuniko tout court, est sans conteste une des grandes percussionnistes actuelles, et on ne compte plus sesperformances et ses créations aux quatre coins du monde (elle s'est produite avec l'ensemble belge ICTUS). Après avoir joué avec succès des œuvres de James Wood (dont l'étonnant Concerto pour marimba à Londres, en 1997), de Toru Takemitsu ou encore de Steve Reich, elle s'attaque aujourd'hui à deux pièces importantes de Iannis Xenakis, Pléiades et Rebonds, composées respectivement en 1978 et 1988. Lors de sa première exécution par les Percussions de Strasbourg en 1979, au Festival de Lille, Pléiades devait enthousiasmer pas mal de mélomanes, le critique français Maurice Fleuret allant jusqu'à écrire que cette œuvre entrait « dans l'histoire » [sic], au même titrePersephassa, écrite pour percussions dix ans auparavant. Divisée en quatre parties (« Mélanges », « Métaux », « Claviers » et « Peaux »), Pléiades est un bon exemple de l'esthétique de Iannis Xenakis - un art antiacadémique et, comme l'a souligné Roland de Candé, « absolument préservé des règles d'école, puisque ce qui lui tient lieu de thèmes, ce sont des modèles mathématiques ». Dans les années 1970, cette esthétique, ou cette absence d'esthétique, a souvent choqué les amateurs, mais avec le recul, elle paraît somme toute assez sage et ne frappe que si ses interprètes, solistes ou orchestres, ne réussissent à l'intégrer à leur propre discours. C'est heureusement le cas ici. Avec son jeu éblouissant, Kuniko arrive même à tempérer l'impression de lassitude que donnent certains passages de  Pléiades. Impression qu'on n'éprouve guère à l'écoute les deux mouvements de Rebonds, sans doute parce que cette œuvre-ci ne dure que quinze minutes, alors que Pléiades dépasse les trois quarts d'heure.


Bookmark and Share


Related Links

KUNIKOKUNIKO
Xenakis: IXXenakis: IX