Related Reviews
Fono Forum
4½ Stars
'Ticciati presents [La Mer] as a kaleidoscope of magnificently sounding, meticulously visualized moments...'
more >>
Politiken
5/6: 'It's simply outstanding. Robin Ticciati is one of his generation's top conductors.'
more >>
The Arts Desk
‘I was won over within seconds…Ticciati’s La Mer is outstanding. The orchestral playing is superb…’
more >>
Pizzicato
4 Stars
'With an interesting coupling and good performances, Robin Ticciati’s first recording with his Deutsches Symphonieorchester Berlin is attractive. Magdalena Kozena is a convincing performer in Brett Dean’s very good orchestration of Debussy’s Ariettes oubliées.'
more >>
La Libre Belgique
'Robin Ticciati brings...a very personal balance between form and color.'
more >>
Spiegel
'Robin Ticciati is astonishing with an abundant palette of colors, supple strings and a hypnotic flow that has everything you could desire in a Debussy interpretation.'
more >>
RBB Kulturradio
4 Stars
CD-Tipp: 'Splendid glitzernde Farbfluten von deliziöser Feinheit, sogar eine ganze Sprinkleranlage klanglicher Differenzierung nimmt bei dieser CD für sich ein.'
more >>
BR Klassik
CD-Tipp: 'Magdalena Kožená is the ideal interpreter for this charming song cycle...'
more >>
Gramophone
'It suits Ticciati’s considered way with Debussy uncommonly well. Everything is beautifully balanced and clear. Shifts in colour and texture are carefully teased out...'
more >>
BBC Music Magazine
4 Stars
'The Debussy songs have been orchestrated by Brett Dean, whose technicolor sonic imagination brings these elusive settings into vivid focus...The result is beguiling interpretations, performed with controlled intensity.'
more >>
Taz
'Ticciati...gives a clear picture of the individual lines, without losing sight of the immense power of the water.'
more >>
MusicWeb International
Recording of the Month: '...this quite outstanding album of Fauré and Debussy works certainly whets the appetite for future releases from Robin Ticciati with the DSO Berlin.'
more >>
Klassiek Centraal
4 Stars
'A blissful recording to listen to in the long autumn evenings.'
more >>
The Guardian
4 Stars
'Fauré’s Prelude to Penelope surges and sweeps, Debussy’s Pelléas and Mélisande suite has a rich, sombre beauty and La Mer sounds robust, brooding and vast.'
more >>
Musiq’3 Radio ‘Le Moment Musical’
Choix Musicaux
more >>
CD Choice
'And the performances are as nonpareil as ever — as with this intriguing coupling. The rarity here is the orchestration by Brett Dean of Debussy’s songs Ariettes oubliées, sensitively sung by Magdalena Kozena and which in this new iteration add an intriguing new piece to the recorded repertoire of the French composer.'
more >>
Concerti
CD Tipp
more >>

Robin Ticciati & DSO - Debussy & Faure - Crescendo


16 September 2017
Crescendo
Pierre Jean Tribot

Son 10 - Livret 10 - Répertoire 10 - Interprétation 7

Comme il est de coutume, le jeune chef anglais Robin Ticciati, qui prend actuellement ses fonctions de directeur musical du Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, fête son arrivée avec la parution d’un disque au pupitre de sa nouvelle phalange. Venant après le mandat plutôt terne de Tugan Sokhiev, le jeune virtuose britannique aura besoin de tout son charisme et de son incontestable talent pour galvaniser un orchestre dont l’identité souffre toujours de la richesse de la vie musicale berlinoise. Ce premier album est déjà l’occasion de marquer une rupture avec l’héritage discographique de cet orchestre dont la plupart des témoignages récents furent enregistrés dans le répertoire austro-allemand ou russe sous les baguettes de ses chefs : Riccardo Chailly, Vladimir Askenazy, Kent Nagano, Ingo Metzmacher ou Tugan Sokhiev.

Robin Ticciati met le cap sur la France fin-de-siècle avec un album intelligemment construit autour de Fauré et Debussy. Dans le prélude de l’opéra Pénélope et dans la suite Pelléas et Mélisande, la battue très racée et élégante du chef bute sur un orchestre plutôt mat dans ses sonorités et qui manque de richesse de couleurs et d’individualités. Michel Plasson à Toulouse (Warner) dirigeait un orchestre moins discipliné et rigoureux mais plus suggestif.

Pièce maîtresse de ce programme La Mer pâtit d’une lecture assez inégale. Car si « De l’Aube à midi sur la mer » peine à décoller, on retrouve un élan dans les mouvements « Jeux de vagues » et « Dialogues du vent et de la mer ». Pourtant, si techniquement l’orchestre est parfait, affuté et précis, il manque l’universalité moderniste d’un Boulez (avec le Cleveland Orchestra chez DG), la magie sonore d’un Claudio Abbado (avec le Lucerne Festival Orchestra pour DG), sans oublier l’énergie fauviste de Charles Munch à Boston (RCA).

Venue en voisine, la mezzo-soprano Magdalena Kožená (Madame Simon Rattle à la ville) se glisse dans les Ariettes oubliées orchestrées par le compositeur Brett Dean. On salue le naturel et l’intelligence du texte de la chanteuse, mais on regrette un certain ennui chic et distingué.

Ce disque est une carte de visite qui montre l’ambition du jeune chef à renouveler le répertoire et la visibilité de son orchestre. Techniquement la phalange fait bloc et répond aux sollicitations avec, comme toujours en Allemagne, un collectif impressionnant. Mais ce choix de répertoire, dans une discographie surchargée, même si très intelligent, n’atteint pas les sommets espérés par les précédentes réussites de Robin Ticciati dans Berlioz, Haydn ou Schumann.


Bookmark and Share


Related Links

Deutsches Symphonie-Orchester BerlinDeutsches Symphonie-Orchester Berlin
Magdalena KozenaMagdalena Kozena
Robin TicciatiRobin Ticciati
Debussy: La mer & Ariettes oublieesDebussy: La mer & Ariettes oubliees