Related Reviews
The Consort
"...the beauty alone of many of the solo numbers would make it worth buying."
more >>
Toccata-Alte Musik Aktuell
"...eröffnet ein Feuerwerk an Klangfarben..."
more >>
SoundStageExperience.com
"Great sound and great performance in one recording. That's rare."
more >>
ClassicalNet
...this account is full of expression and articulations of the divine...the choral singing is uniformly uplifting
more >>
Concerto Das Magazin fur Alte Musik
"Und emfehlen kann man diese Aufnahme uneingeschränkt: Die Arien sind ebenso ansprechend geraten wie die teils mit, teils ohne die Ripienostimmen gesungenen Chöre; das Instrumentalspiel ist vom Feinsten."
more >>
Musik an sich...
"...die reicher instrumentierten, konzertanten Sätze..."
more >>
Early Music Review
"There have been many recordings...but in my opinion the Dunedin is the first to come anywhere near challenging it."
more >>
Audio Video Club of Atlanta
"This recording will provide abundant pleasure to Bach lovers..."
more >>
Early Music Review (Live)
"Every now and then there is a concert that just blows me away..."
more >>
Klassik.com
4½ Stars
"...Diese Einspielung sollte..."
more >>
The Guardian
4 Stars
"...this is a fascinating and hugely rewarding account..."
more >>
ClassicsTodayFrance.com
4½ Stars
"Fervente, parce que l'expression est très étudiée et travaillée."
more >>
Classic FM Magazine
4½ Stars
"The awe-inspiring intricacy of Bach's part-writing has been wonderfully magnified..."
more >>
BBC Music Magazine
5 Stars
No performance could better justify small-scale Bach than this convincing marriage of scholarship and inspiration.
more >>
Gramophone
Editor's Choice: "This performance demands to be heard."
more >>
Sunday Herald
"...this B minor Mass is special."
more >>
Audiophile Audition
5 Stars
"...there is much to recommend here, and no one purchasing will be disappointed."
more >>
Sunday Times
"[The] performance is powerful and beautifully shaped..."
more >>
North London News
"Sharp, pointed playing and singing in a recording that is a hallmark for authenticity in Bach performance."
more >>
The Times
4 Stars
"Surely no other recording of Bach's B Minor Mass bounces along with such joy as this..."
more >>
Sound and Music
"...una delle novità più interessanti della discografia bachiana degli ultimi anni."
more >>
Independent on Sunday
"Bach's B-minor Mass has many attractive features..."
more >>
Financial Times
"The result is clean..."
more >>
International Record Review
"...spine-tingling..."
more >>
McAlister Matheson
"This recording deserves a place in everyone's CD collection."
more >>
Philadelphia Enquirer
"...radiant vocal timbres and airtight blends."
more >>
Opus Musica
"Se obtiene una evidente claridad de texturas y se gana en ligereza y flexibilidad..."
more >>
BBC Online
"...lovers of this great work will find much to appreciate - and even discover anew."
more >>
ClassicsToday.com
4½ Stars
"...you can really lose yourself in this performance..."
more >>
The Observer
"A definitive recording."
more >>
Musical Pointers (Live)
"A very distinguished production..."
more >>
Rondo
4 Stars
"Interpretatorisch gibt es sehr viel Schönes in dieser Neueinspielung..."
more >>

Bach Mass in B Minor - Dunedin Consort - ClassiqueInfo Disque


30 January 2011
ClassiqueInfo Disque
Laurent Marty

Peut-être vous souvenez-vous qu'au début des années 1980, le chef d'orchestre Joshua Rifkin avait soulevé une polémique dans le petit monde baroque en prétendant que le Cantor n'avait jamais eu qu'un soliste par partie pour jouer et chanter ses œuvres religieuses. Il signait peu après un enregistrement de la Messe en si qui démontrait, à défaut de la validité de ses thèses, ses piètres qualités de chef d'orchestre. Un peu plus tard, Andrew Parrott relevait le défi avec plus de succès musical, suivi par Paul McCreesh et Sigiswald Kuijken entre autres.

C'est aujourd'hui au tour de l'organiste et chef d'orchestre John Butt d'y aller de sa Messe en si rifkienne. Si ce n'est guère l'endroit ici pour discuter de la pertinence musicologique des arguments avancés, on notera cependant quatre points importants.

D'abord, même s'il est possible que Bach n'ait parfois utilisé qu'une poignée de solistes, les jours d'épidémie de gastro dans son Collegium Musicum, il est difficile de prétendre qu'il s'agissait là de son idéal en matière musicale - et les effectifs exigés par certaines de ses œuvres (les Passions) sont nettement plus fournis, ce qui prouve bien qu'il avait plus de quatre gugusses sous la main.

D'autre part, on sait les compositeurs du temps extrêmement pragmatiques, et la notion d' « effectifs justes » n'avait aucune signification pour eux. Ils utilisaient tout ce qu'ils trouvaient, quitte à réorchestrer l'œuvre. Un exemple célèbre nous est fourni par Haendel, qui a dirigé son fameux Messie avec des effectifs allant de quelques solistes par partie à des ensembles très fournis, laissant une bonne douzaine de versions au passage. Le fameux concert donné en 1784 lors du premier festival Haendel à l'abbaye de Westminster réunissait pas moins de 500 musiciens, ce qui prouve bien l'ancienneté de cette tradition d'interprétation monumentale d'œuvres chorales, qui n'a donc rien d'intrinsèquement romantique. Bref, des impératifs économiques justifient bien plus cette vague actuelle des interprétations de chambre que des arguties pseudo-musicologiques.

Le troisième point, et non le moindre, est que la plupart de ces versions jivaros trichent sur l'ampleur des effectifs en utilisant abondamment les ressources des prises de son modernes. Celle-ci n'échappe pas à la règle : les solistes sont placés très en avant, leurs voix étant ainsi grossies par rapport à l'orchestre situé plus en arrière dans une acoustique très réverbérée qui lui donne une ampleur presque symphonique. Cela n'empêche pas que les voix disparaissent au moindre coup de timbale.

Enfin, on rappellera que Bach n'a sans doute jamais dirigé cette œuvre, créée seulement en 1859. La notion d'interprétation d'époque n'a donc pas le moindre sens dans ce cas particulier.

Soyons juste, cependant, parmi tous ces réducteurs de tête, John Butt est sans conteste l'un des plus musiciens. La qualité de l'orchestre, notamment est étonnante et, prise de son aidant, on ne sent jamais le moindre manque d'ampleur. Les tempos sont toujours justes, les soli d'une justesse miraculeuse (y compris le redoutable solo de cor naturel). On sera plus réservé sur les chanteurs. Car n'avoir qu'un soliste par partie ne vaut que si l'on réunit des chanteurs hors de pair. On s'émerveille, décidément, de l'extraordinaire prospérité des élevages anglais de sopranos aux voix citronnées de petites filles impubères. Seuls des siècles de sélection naturelle peuvent garantir de tels résultats. Et la basse est un sommet de vulgarité grasseyante, transformant le Quoniam tu en chanson à boire de Purcell.

Bref, une version assez réfrigérante, qui plaira peut-être aux anglicans les plus jusqu'au-boutistes, mais passe tout de même à côté de la signification à la fois musicale et religieuse de l'œuvre.


Bookmark and Share


Related Links

Dunedin ConsortDunedin Consort
J.S. Bach Mass in B Minor - Breitkopf & Härtel Edition, edited by J. Rifkin (2006)J.S. Bach Mass in B Minor - Breitkopf & Härtel Edition, edited by J. Rifkin (2006)