Boston Baroque - Haydn: The Creation - Classics Today France

Il faudrait que le métier se questionne sur "Qu'est-ce qu'un disque?" Écouter ce réel accomplissement (que l'on soit d'accord ou pas avec les parti pris) après l'audition du rien du tout publié par Helicon (un concert de Zubin Mehta de 1986) donne le vertige. Comment peut-on considérer les deux comme des contributions recevables à l'histoire du disque?

Il est temps de reconsidérer que le véhicule phonographique est destiné à documenter de manière pérenne des visions destinées à la pérennité ou qui, par un filtre de sélection sérieux, méritent la pérennité. Bref, la Création par Zubin Mehta est un concert qui aurait dû rester un concert. La Création de Pearlman (en allemand) est un accomplissement artistique.

Je ne suis pas d'accord avec tous les parti pris de Pearlman: je trouve son optique sonore trop légère, dans les effectifs et le ton ("und eine neue Welt" bondissant). C'est une Création de chambre ou de poche (contresens à mon avis) qui repose sur des préceptes baroquisants. Par ailleurs Pearlman n'est pas le plus grand dramaturge de la baguette, ce qui enlève de la théâtralité à certaines scènes (disons que Pearlman est l'anti-Jacobs).

Ceci posé, dans sa logique chambriste, la réalisation est formidable: finesse des dosages instrumentaux, ductilité du choeur, choix idéal des solistes. Vous l'avez compris, il me manque la grandeur visée par Haydn, mais dans le cadre de ses limites, c'est de la dentelle et du grand art.

Classics Today France
05 February 2013