Mozart Symphonies 2 - SCO & Sir Charles Mackerras - ClassicsToday France

En ces temps de brutalité mozartienne, il est intéressant d'entendre un vieux sage énergique, qui sait articuler sans violenter et accentuer sans assener. Les Allegros témoignent à la fois d'une vraie énergie et d'une sorte de calme intérieur. Rien ne déborde.

Le Mozart de Mackerras est mouvant et opératique, même si les cordes du Scottish Chamber Orchestra ne sont pas les plus moelleuses du monde. Ce qui m'empêche de recommander l'album sans réserve, c'est l'environnement sonore: une captation assez tendue (dure), tirant vers le médium-aigu et sans grande finesse dans la transparence. Il me semble que Mackerras méritait plus d'attention et de finesse que ce son très décent mais un peu "balancé à la truelle" à la face des auditeurs.

Interprétativement il n'y a pas de surprises: c'est vif et chantant, l'Adagio de la 36e Symphonie étant l'archétype de cet équilibre. Il y a juste une légère tendance à un aplanissement généralisé des nuances (les pianos sont des mezzo-forte). Par rapport à la version Telarc, avec l'Orchestre de chambre de Prague, le chef nous débarrasse du détestable clavecin, adopte des tempos plus mesurés, avec un geste musical plus roboratif. L'ancienne version était plus musicologique, la nouvelle plus musicale. Une autre, nous donnera-t-elle la tendresse et la finesse?

ClassicsToday France
29 April 2010