Related Reviews
Crescendo
4 Stars
« l'excellence de sa prononciation allemande jointe à une très fine sensibilité et à une remarquable diction soutenue par un souffle très bien conduit, un timbre clair, homogène nuancé jouant de facettes des plus ténues aux plus mordorées, donnent à ses enregistrements - à celui-ci notamment- une indéniable qualité, une richesse esthétique autant qu'émouvante. »
more >>
Classica
5 Stars
«Qui craindrait qu'Ann Murray soit un peu courte pour de telles ambitions se trompe : la voix est ambrée, patinée et chaude... son [Martineau] piano anime le propos et le modèle avec un sens architectonique incontestable.»
more >>
American Record Guide
'Murray sounds as good as ever, and Martineau is sublime. A fabulous program and worthy addition to your lieder collection.'
more >>
BBC Music Magazine
4 Stars
'Her Schumann selection begins with a touchingly delivered account of the Poems of Mary, Queen of Scots in which her artistic intelligence and commitment are as apparent as her skilful balance between words and notes.'
more >>
MusicWeb International
'This fine singer leaves us with an excellent last recording which is completely up to the high standards of her distinguished career.'
more >>
Pizzicato
,,Das sind gelebte und erfühlte Aufführungen, von denen man sich gerne unterhalten lässt.''
more >>
BBC Radio 3 'CD Review'
'...You heard Schumann's Poems of Mary Stuart, with which Ann Murray so memorably begins her valedictory recital with pianist Malcolm Martineau...If this is to be Ann Murray's farewell to us it's a lovely way to do it.'
more >>
Buffalo News
4 Stars
'This is a marvelous Lieder album.'
more >>
McAlister Matheson Music
‘beautifully sung’
more >>
SA-CD.net
5 Stars
'This is the kind of disc which justifies the whole art of German Lieder and will provide many happy hours of listening.'
more >>

Ann Murray - Brahms & Schumann: Lieder - Diapson


01 April 2015
Diapson
Hélène Cao

Adieux à la France, Adieux au monde: dans les Poèmes de Marie Stuart de Schumann gravés par Ann Murray, ces deux lieder ont valeur de symbole car la chanteuse a décidé de mettre un terme à sa carrière par ce récital. Elle a donc réuni des êtres chers, dont son fils Johnny Langridge (ténor comme son père Philip) et la pianiste Hester Dickson, mère de Malcolm Martineau (dans Hoch, hoch sind die Berge op. 138 de Schumann avec accompagnement à quatre mains) : on est ici en famille ! Le programme, lui aussi aveu d'amour et d'amitié, comprend notamment les Lieder und Gesange aus Wilhelm Meister et quatre duos de Schumann (dont Familien-Gemälde, « Tableau de famille » op. 34 partagé avec le fiston), sept lieder de Brahms (parmi lesquels Meine Liebe ist grün sur un poème de Felix Schumann, fils du compositeur).

La mezzo-soprano irlandaise accuse le passage du temps : acidité des aigus, vibrato serré, soutien qui parfois se dérobe. Face au Harpiste de Benjamin Appl, musicien mais trop léger de timbre et court de projection, sa Mignon brouille les relations des personnages goethéens : on croit entendre la mère et le fils ! Mais Murray touche par la sincérité de ses élans, sa générosité qui sied en particulier à Brahms et invite à réécouter les titres gravés il y a vingt ans avec Kovacevich (Diapason d'or, cf. n° 410). A la fin du disque, l'émotion saisit quand elle murmure « Bonsoir, bonne nuit », dans la Berceuse op. 49 de Brahms.


Bookmark and Share


Related Links

Ann MurrayAnn Murray
Malcolm MartineauMalcolm Martineau
Brahms & Schumann: LiederBrahms & Schumann: Lieder