Filters

Esmé Quartet - Beethoven, Bridge & Chin: To Be Loved - Diapason

Pour son premier disque, le Quatuor Esmé, formé en 2016 à Cologne et lauréat deux ans plus tard du prestigieux Concours du Wigmore Hall à Londres et de l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence, offre un programme hors des sentiers battus. Il livre une interprétation acérée, à l’articulation sophistiquée, du Quatuor op. 18 n o 1 . S’il abuse un peu du jeu senza vibrato et de tempos plus rapides qu’à l’accoutumée, il laisse transparaître une prenante intensité sous la recherche de couleurs et la dynamique des nuances. Les lignes de force de cette œuvre, une des meilleures du jeune Beethoven, s’épanouissent dans un climat solaire et dépouillé. Les quatre Coréennes abordent en-suite ParaMetaString de leur compatriote Unsuk Chin (née en 1961). Créée en 1996 par les Kronos, la partition recourt, avec parcimonie, à une bande magnétique (sons préenregistrés de violon et de violoncelle traités numériquement). Ces quatre mouvements plutôt concis se caractérisent par la mobilité du son, la richesse des timbres, l’irisation des rythmes et des harmonies : une splendeur dans la lecture ultra- lisible et raffinée des Esmé. Précédant une impressionnante évolution qui mènera Frank Bridge (le professeur de Britten) jusqu’à l’atonalité, ses trois juvéniles Novelletten (1904) relèvent d’une première période créatrice encore largement postromantique. Le lyrisme et l’aérienne limpidité de nos quatre interprètes leur confèrent une profondeur et un attrait insoupçonnés.

Diapason
01 July 2020